2ème Colloque Scientifique FIRENDO

 « Dimorphisme Sexuel dans les Maladies Rares Endocriniennes »

Éditorial

Chez les vertébrés, les différences entre les femelles et les mâles ne se limitent pas à un dimorphisme anatomique parfois spectaculaire (comme chez les oiseaux), mais concernent aussi le comportement, la physiologie, les activités métaboliques et l'expression génique. Il n'est alors, pas surprenant que la plupart des maladies humaines ont une prévalence, un âge de survenue voire une sévérité, différents entre les femmes et les hommes. C'est le cas de maladies emblématiques comme les pathologies cardiovasculaires, les maladies auto-immunes, certains désordres neurologiques et psychiatriques, certains cancers communs ou des pathologies osseuses... de plus, ces susceptibilités peuvent selon les périodes de la vie présenter un dimorphisme sexuel différent entre l'enfance et l'âge adulte...

Il y a bien sûr une contribution hormonale à ces dimorphismes sexuels, les hormones sexuelles et leurs concentrations étant différentes chez la femme et l'homme. Mais il existe aussi une contribution génétique, très conservée au cours de l'évolution, qui ne concerne pas seulement les gènes présents sur les chromosomes sexuels mais aussi des centaines de gènes autosomiques, partagés par les deux sexes, qui vont être exprimés de manière dimorphique car soumis à des régulations différentes.

Ces différences fondamentales entre femelles et mâles peuvent non seulement influencer l’expression de la maladie mais aussi la réponse aux traitements. Ainsi un rapport de la cour des comptes des Etats-Unis publié en 2001 mentionnait pour la première fois que 80% des médicaments retirés du marché américain l’avaient été en raison d’effets secondaires développés par les femmes. Malgré cela, selon une analyse parue en 2011, la vaste majorité des recherches scientifiques et précliniques chez l'animal est réalisée chez le mâle et paradoxalement, dans les revues d'endocrinologie, 65% des publications ne traitent que du mâle et seulement 10% des études incorporent les deux sexes !

Ainsi, le dimorphisme sexuel semble plutôt être considéré comme une "entrave" aux études précliniques pour des raisons relevant, selon certains, de leurs faibles valeurs prédictives pour anticiper les disparités hommes/femmes mais qui probablement s’enracinent plus profondément dans les rapports que nos sociétés entretiennent avec le genre et la santé. D'où l'importance de réfléchir aux raisons historiques et sociologiques qui ont influencées notre perception "genrée" de la maladie.

Alors pourquoi consacrer cette journée scientifique au dimorphisme sexuel dans les maladies rares endocriniennes? En effet, les travaux qui seront exposés à la suite de la conférence d'introduction, sont loin de concerner uniquement des maladies rares, voire parfois ne concerneront même pas des maladies endocriniennes ! Au-delà de la "fatalité hormonale", il y a un manque criant d'explications sur les mécanismes contribuant au dimorphisme sexuel dans les pathologies humaines. Leur compréhension est nécessaire car les enjeux de santé publique sont potentiellement immenses mais plutôt négligés jusqu'ici, à l'heure pourtant d'une médecine (voulue) personnalisée. On peut raisonnablement tabler sur une certaine conservation des mécanismes et il est donc intéressant de se nourrir des exemples de maladies communes où un dimorphisme patent a été identifié et étudié. A l'inverse, les pathologies rares pourraient servir de paradigme car leur rareté tient au fait qu'elles touchent des processus biologiques fondamentaux où la cause (génétique) a souvent été identifiée. Ainsi, nous espérons que la confrontation d’expertises diverses autour du dimorphisme sexuel générera des idées nouvelles pour cette thématique de recherche appliquée aux maladies rares endocriniennes et in fine aura des retombées bien au-delà.

Auteurs : Antoine Martinez, Anne-Paule Gimenez-Roqueplo, Marc Lombès

mardi 11 décembre 2018
Amphithéâtre Luton, Faculté de Médecine Cochin, Paris

9h00-9h30 : Café d'accueil

Hall du bâtiment de la Faculté de Médecine de l'Université Paris Descartes, 24 rue du Faubourg Saint Jacques 75014 Paris.

9h30-12h00 : Conférences plénières : histoire contemporaine, pratique médicale, scientifique

Horaires

Intervenant

Titre

9h30-9h45

Jérôme Bertherat
Animateur de la filière maladies rares endocriniennes FIRENDO

Antoine Martinez
Marc Lombès
Anne-Paule Gimenez-Roqueplo

coordinateurs du groupe de travail FIRENDO "Recherche"

Ouverture du 2ème Colloque Scientifique FIRENDO

9h45-10h30

Conférence plénière  « histoire contemporaine »

Muriel Salle
ESPE, LARHRA, Université Claude Bernard Lyon 1

Maladies d’hommes / maladies de femmes. Une question de sexe et de genre 

10h30-11h15

Conférence plénière « pratique médicale/culturelle » 

Joe-Elie Salem
ICAN ,INSERM , CHU Pitié-Salpêtrière, Université Pierre & Marie Curie

Dimorphisme sexuel, anti-hormones et arythmies cardiaques : Focus sur le QT 

11h15-12h00

Conférence plénière « scientifique »

Sonia Garel
IBENS, CNRS, INSERM, Université Paris-Sciences-et-Lettres  

Dimorphisme sexuel de la différenciation microgliale, microbiote et anomalies neuro-développementales 

12h00-13h30 : Buffet déjeunatoire

Salle Capitulaire, cloître Port Royal, site Port-Royal de l'hôpital Cochin, 26 rue du Faubourg Saint Jacques 75014 Paris.

13h30-16h00 : Communications courtes

Horaires

Intervenant

Titre

13h30-14h00

Alexia Vinel
I2MC, INSERM, Université Toulouse III Paul Sabatier

Dimorphisme sexuel du renouvellement osseux, rôles des récepteurs membranaire et nucléaire des œstrogènes 

14h00-14h30

Frédérique Savagner
I2MC, INSERM, Université Toulouse III Paul Sabatier

Maladies thyroïdiennes et dimorphisme sexuel 

14h30-15h00

Laetitia Martinerie
INSERM, CHU R. Debré, Université Paris    Diderot

Dimorphisme sexuel de la signalisation des corticostéroïdes au cours du développement rénal 

15h00-15h30

Fabien Guimiot
 INSERM, AP-HP Hôpital Robert Debré, Université Paris Diderot

Dimorphisme sexuel de la commande hypothalamo-hypophysaire, données récentes et approche chez le foetus 

15h30-16h00

Anaëlle Grabek
Andreas Schedl

iBV, INSERM, CNRS, Université  Nice Sophia Antipolis

Dimorphisme sexuel du renouvellement cellulaire de la corticosurrénale 

16h00-16h30 : Pause

Hall du bâtiment de la Faculté de Médecine de l'Université Paris Descartes, 24 rue du Faubourg Saint Jacques 75014 Paris.

16h30-18h00 : Discussion & regards transversaux dans les projets de recherche sur les maladies rares endocriniennes

Horaires

Intervenant

Titre

16h30-17h05

Andreas Schedl
Marie-Christine Chaboissier

iBV, INSERM, CNRS, Université Nice Sophia

Projet Sex-Specs (Sex-Specific Stem Cell Activity and its Impact on Adrenal Diseases) 

17h05-17h40

Nicolas de Roux
Inserm U1141, AP-HP Hôpital Robert Debré, Université Paris Diderot

Etude du dimorphisme sexuel en physiologie et pathologie endocrinienne, quels enjeux et questions, quels modèles d’études, quels financements ? 

17h40-17h45

Jérôme Bertherat
animateur de la filière FIRENDO
coordinateur du Centre de référence Maladies Rares de la Surrénale

Mot de clôture

 

 

Pour vous inscrire au 2ème Colloque Scientifique FIRENDO, merci de remplir le formulaire suivant :

N.B : Si vous ne recevez pas le mail de confirmation ou ne visualisez pas la page de confirmation suite à la validation de ce formulaire, merci de refaire l'inscription car votre demande n'a pas été prise en compte !

Nom*
Prénom*
Email*
Ville*
Affiliation
Votre profil